"De la fabrication des fantômes" - Franck Manuel

"La suite n'est qu'une guirlande de décès. Amis. Famille. Tout son monde part à la casse et il survit, indestructible. Il les croit perdus pour toujours. Il ne sait pas encore qu'ils sont enfermés dans une bulle de temps où il suffit de plonger pour les retrouver".

Autour de la table, ses enfants, ses petits-enfants. Il fête aujourd'hui ses cent ans. 

Ses arrière petits-enfants, eux, jouent avec leurs hologrammes, gadgets devenus banals en ce dernier tiers du XXIème siècle. Il a eu droit au sien, lui aussi : en guise de cadeau d'anniversaire, l'image de sa femme Marie, jeune, rayonnante, émerge d'une petite boîte... mystification que cela ! Lui a ses propres hologrammes, visibles de lui seul, habitants de ce magma issu de son esprit, fait de souvenirs plus ou moins lointains qui se succèdent et se chevauchent... les bribes d'une enfance enchantée par sa capacité à se fondre, tel un passe-muraille, dans le jardin des voisins, s'entremêlent ainsi avec des épisodes de la vie et de l'amour avec Marie, devenue l'objet d'un irrépressible dégoût lorsqu'elle est devenue malade. Rosalie, fantôme à l'odeur de printemps, vêtue de son évanescente robe blanche, ondoie parmi cet enchevêtrement de réminiscences.
"La mémoire n'est pas chronologique. Elle est topographique. Une vaste mer. Des failles. Des îlots. Des volcans. Des cendres aériennes. Ce souvenir à gauche. Celui-ci à droite. Même si la notion de droite ou de gauche est relative en pleine mer. Quant à un éventuel centre..."
Il s'évade, l'esprit volatile, il est ailleurs, dans un autre espace, un autre temps, indifférent à la tablée familiale. Presque autiste. Il leur a toujours fait peur, à tous. Ses méfaits, sa bizarrerie, font qu'ils voient en lui un monstre. En son absence, on le surnomme "le mangeur de chats". Seule Lucie, sa petite-fille, portrait craché de Marie, a toujours recherché sa compagnie, attirée par l'énigme de cet aïeul qu'elle ne craint pas, et qu'elle approche, même, avec ce mélange de séduction perverse et de cruauté familière que l'on réserve à ceux qui nous ressemblent.

Elle lui a réservé un cadeau très spécial. Poussée par une curiosité malsaine, elle veut lui faire cracher son secret avant qu'il crève. Déterminée à faire sauter les verrous de la porte derrière laquelle il a occulté l'épisode qui lui a valu sa réputation de monstre, et un séjour de huit ans à l'asile, elle le ramène sur les lieux de l'événement, espérant faire ressurgir de sa mémoire les détails de son forfait.
"Elle sent dans son ventre-bénitier le démon pourpre qui cabriole. On y est presque. La révélation enfin. La boîte qu'on ouvre comme une mâchoire et qui délivre tout ce qu'il y a dedans, quitte à tout détruire". 
Tout ce qui précède n'est qu'un prélude... Le prélude à l'histoire d'une rencontre. Une rencontre fantasmagorique, à travers les âges, la communion de deux folies nées de l'obsession provoquée par la détresse et la solitude. Je ne vous en dis pas plus. Il faut découvrir vierge de tout indice le secret du vieil homme, sa dimension à la fois atroce et fabuleuse. 

C'est aussi, en quelque sorte, l'histoire d'un viol : celui de la mémoire, de l'intimité profonde, une exploration forcée du gouffre où se perdent certains êtres. 

Et c'est, enfin, un hommage à la fois magnifique et terriblement angoissant au pouvoir de l'écrit...

A lire absolument !

Commentaires

  1. commandé à l'instant ! ta chronique est parfaite !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis ravie d'avoir convaincue au moins une lectrice. Ce roman d'un auteur que je ne connaissais absolument pas (j'ai acheté ce titre par hasard sur le stand des éditions Anacharsis lors d'un salon) mérite vraiment le détour. Il faut s'accrocher un peu au début, la narration peut sembler chaotique, mais quel plaisir ensuite !

      Supprimer
  2. Whaou, c'est très intrigant :) Je risque bien de me laisser tenter, on dirait bien qu'il regorge de surprises !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est un roman surprenant, original, et intense car très bien écrit. Laisse-toi tenter (et je le jure, je ne touche aucune commission de la part de l'auteur !)

      Supprimer
  3. Très tentée, moi aussi ! Je n'avais pas du tout entendu parler de ce bouquin. Je l'ai noté. Merci !

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire