"Le salut viendra de la mer" - Christos Ikonòmou

"Ce qui te détruit, ce n'est pas d'être devenu pauvre. Ce qui te détruit, c'est de se souvenir qu'un jour tu n'étais pas pauvre".

C'est l'histoire d'une chute.

Celle d'hommes, de femmes, plombés par la crise financière et l'incertitude quant à leur avenir, qui ont voulu rebondir, se construire une nouvelle vie. Ils ont pour cela quitté leurs villes -Athènes ou d'autres- pour une île égéenne, sur laquelle ils espéraient renouer avec les valeurs mises à mal par le système capitaliste : la solidarité et l'entraide, le goût de bonheurs simples... Une île fictive mais peu importe, ce pourrait être Ios, Koufonissia, Schinoussa, une de ces perles égrenées parmi les paradis pour touristes des Cyclades.

Pour nos héros, ce paradis devient vite l'enfer...

Aux difficultés inhérentes à l'adaptation à un nouvel environnement, s'ajoutent l'hostilité et le rejet qu'opposent les autochtones à ces arrivants qu'ils appellent "les Athéniens", y compris lorsqu'ils viennent d'ailleurs. La mainmise de la mafia locale sur l'économie ilienne anéantit leurs projets. Ils retrouvent finalement dans leur exil ce qu'ils ont voulu fuir -la corruption, la précarité, l'injustice-, le danger et l'isolement en plus...

Pour rendre compte des désillusions qui vont mener certains de ces migrants de l'intérieur jusqu'à la démence, l'auteur s'attarde sur quatre d'entre eux. Le roman commence très fort, en évoquant l'histoire de Tassos, utopiste exalté qui se heurte jusqu'à l'épuisement à la violence des truands locaux. Portée par une écriture percutante, exprimant un désespoir qui n'a même plus la force de la rage, son histoire nous imprègne d'emblée d'une dimension tragique et cruelle.

Les récits qui suivent, liés par ce fil conducteur que constitue la thématique de la chute, relatent d'autres destins fracassés, condamnés à la lutte pour la survie, avec une éloquence qui, se faisant parfois incantatoire, frappe le lecteur. 

Bien qu'empreint de la tragédie économique et sociale qui touche la Grèce d'aujourd'hui, "Le salut viendra de la mer" pourrait se dérouler n'importe quand, et n'importe où. Christos Ikonòmou s'interroge sur la difficulté, dans une société instable, gangrenée par la haine et par la peur, à conserver son humanité. Son constat, pessimiste, laisse soupçonner que, venu de la mer ou d'ailleurs, aucun salut n'est à espérer d'un système inique qui mène les hommes à la folie.


Commentaires

  1. J'aime les histoires de chute (Goran : https://deslivresetdesfilms.com)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dans ce cas, ce titre devrait te plaire (d'autant plus qu'il est très bien écrit, avec beaucoup de force et d'éloquence).

      Supprimer
  2. Un roman très fort, et une écriture qui vous happe, non?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Complètement, la première partie, notamment, est excellente, très forte (et celle sur celui qui a perdu son fils aussi), il y a une dimension à la fois lancinante et brutale dans la façon dont l'auteur nous introduit dans son récit.

      Supprimer
  3. Repéré chez Keisha aussi. Bon, je suis plus lente que toi mais je compte bien découvrir ce livre aussi, d'autant plus que côté grec, mes étagères sont assez pauvres, et puis surtout, c'est la Grèce d'aujourd'hui. Encore plus intéressant !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois que c'était le 1er roman grec que je lisais de ma vie !! En tous cas, je ne suis pas déçue, je recommencerai... je pense qu'il te plaira.

      Supprimer
  4. Je l'avais effectivement vu chez Keisha. Tu en rajoutes une couche !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère qu'il te plaira, mais je pense que oui, sa force d'évocation ne peut laisser indifférent...

      Supprimer
  5. je l'avais noté et je note du coup à nouveau, c'est bon les piqures de rappel, le thème m'intéresse j'avais bien aimé la série de polars grecs qui étaient sur fond de crise

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, ça m'intéresse, je ne connais pas du tout la littérature grecque : quelle est le nom (ou l'auteur) de cette série ?

      Supprimer
    2. Je réponds, c'est Markaris!

      Supprimer

Enregistrer un commentaire