Articles

"La forêt sombre" - Liu Cixin

"... la survie est la nécessité première de toute civilisation... "
Si vous n'avez pas lu, et que vous en avez l'intention, "Le problème à trois corps", premier volet de la trilogie dont "La forêt sombre" est le deuxième opus, arrêtez-vous là...
Pour les autres, j'essaierai cette fois encore de ne pas trop dévoiler l'intrigue de ce roman, dont l'un des intérêts réside dans ses rebondissements.
Informés de l'existence de la Terre et de sa position par les messages lancés par des astrophysiciens chinois dans l'espace, la flotte de Solaris, fuyant l'hostilité de sa planète aux trois soleils, a mis le cap sur le monde des hommes, entamant un long voyage de quatre siècles.
L'humanité a donc quatre-cent ans pour se préparer à contrer cette invasion. Elle doit pour cela développer les technologies qui lui permettront de mettre en oeuvre la stratégie militaire idoine, avec une contrainte de poids : Solaris a implanté dans le sy…

"Le roman du mariage" - Jeffrey Eugenides

Image
De la véracité fictionnelle.

Années 80, une petite université américaine. En mettant en scène un triangle amoureux, Jeffrey Eugenides explore les interrogations, les doutes, les angoisses et les espoirs qui accompagnent l'entrée dans l'âge adulte. Il décrit ainsi les préoccupations d'une génération qui, bénéficiant de  l'héritage des années 70 en matière de libération sexuelle et d'émancipation féminine, se recentre sur des questionnements plus élémentaires quant à la notion de couple, d'engagement.
Mitchell aime Madeleine, qui aime Leonard, qui aime Madeleine... Ils sont jeunes, beaux et intelligents, ils ont l'avenir devant eux, et pourtant...
Issue d'une famille bourgeoise, Madeleine est une pure WASP. Alliant rigidité morale et curiosité intellectuelle, passionnée de littérature victorienne, rien ne la prédisposait à tomber amoureuse de Leonard, étudiant surdoué et charismatique, esprit brillant mais torturé. Son enfance désargentée, passée entre une m…

"Dans la forêt" - Jean Hegland

Image
Retour à la case départ...
"Dans la forêt" est la transcription du journal de Nellie, l'un des derniers liens qu'elle maintient avec sa vie d'avant, dont elle se détache peu à peu... sa mère est morte avant les "événements", son père peu de temps après. Il ne reste plus dans la maison familiale isolée au cœur de la forêt qu'elle et sa sœur Eva. Elles sont privées d'électricité et de tout contact humain, économisent le peu d'essence qu'il leur reste en cas d'urgence...
A la suite de quelle catastrophe les deux jeunes filles en sont-elles réduites à se terrer ainsi loin de la communauté des hommes, dont elles ne reçoivent même plus les échos ?
Nous en saurons très peu à ce sujet... disons que selon Jean Hegland, la fin du monde tel que nous le connaissons ne survient ni dans une explosion apocalyptique, ni dans le chaos d'une guerre mondiale. C'est une extinction progressive, insidieuse, des attributs d'une modernité devenus…

"Le retour au pays de Jossel Wassermann" - Edgar Hilsenrath

Image
Un certain manque de mordant.
1939. 
Ça y est, cette fois il en est sûr, Jossel Wassermann est à l'article de la mort. Alité dans le confort de sa grande demeure suisse, il convoque son avoué et son notaire pour leur transmettre ses dernières volontés. Il s'agit d'établir deux testaments (un pour son neveu Jankl le porteur d'eau et l'autre pour les pauvres du village polonais de Pohodna, dont il est originaire, et où il souhaite que son corps soit rapatrié), et surtout de consigner l'histoire de sa vie, dont le manuscrit devra lui aussi être conservé dans sa bourgade natale.
Évoquant ainsi son histoire familiale à partir de l'arrivée de ses ascendants à Pohodna, il nous livre en même temps, au fil de ses nombreuses digressions, la véritable chronique d'un shtetl* situé aux confins de l'ex-Empire austro-hongrois où se côtoyaient -sans trop se mélanger toutefois- Ruthènes, Polonais, Allemands, Roumains et tziganes. Entremêlant événements historiques et…

"Défaite des maîtres et possesseurs" - Vincent Message

Image
Du plaisir de la découverte...
J'aime quand les premières lignes d'un roman me happent, me captivent d'emblée, comme cela a été le cas avec ce titre.
Il y a d'abord l'écriture de Vincent Message, portée par un sentiment d'urgence, entremêlement de phrases tantôt longues et tortueuses (mais toujours limpides, car l'auteur maîtrise l'art des tournures qui vous imprègnent naturellement de leur sens), tantôt brèves et tranchantes.
Il y a ensuite le ton, énigmatique, l'auteur distillant avec parcimonie les éléments du contexte que l'on comprend peu à peu, piquant notre curiosité.
Le narrateur, Malo Claeys, est bouleversé : il vient d'apprendre qu'Iris a eu un accident et est hospitalisée. Il faut absolument la sauver... Voilà tout ce que vous obtiendrez de moi concernant le synopsis de "Défaite des maîtres et possesseurs". Vous expliquer dans quelle mesure Iris n'est pas une compagne comme les autres, et pourquoi la soigner va s&…

"Retour à Duncan's Creek" - Nicolas Zeimet

Image
Immersion progressive...
On peut le voir comme une suite à "Seul les vautours", mais "Retour à Duncan's Creek" peut aussi se lire indépendamment du premier roman de Nicolas Zeimet.
Toujours est-il qu'on y retrouve -ou qu'on y découvre- Jake Dickinson, Ben McCombs et Sam Baldwin, le trio d'adolescents que l'auteur, parmi une multitude d'autres personnages, mettait en scène dans son précédent titre, chronique d'une bourgade américaine à majorité mormone secouée par la disparition tragique d'une fillette.
Plus de vingt ans ont passé, chaque membre du trio a suivi sa route, ils se sont éloignés les uns des autres... Ben, resté à Duncan's Creek, est devenu fermier et père de famille. Jake et Sam ont quant à eux éprouvé l'irrépressible besoin de partir, pour se libérer de l'étouffante étroitesse de leur ville natale -une étroitesse pas seulement géographique-, des carcans familiaux et moraux les empêchant d'assumer une exist…

"Ostwald" - Thomas Flahaut

Image
Errances et errements...

La question des dangers auxquels nous exposent notre société technologique et son mépris de l'environnement naturel est visiblement dans l'air du temps, si l'on se fie à la récurrence avec laquelle cette thématique est actuellement abordée dans la littérature (je pense, en vrac, au dernier roman de Marie Darrieussecq, à celui de Claire Vaye Watkins, ou encore à "Dans la forêt" de Jean Hegland, que je viens de terminer)...
Dans "Ostwald", premier roman de l'écrivain Thomas Flahaut, cette menace prend la forme d'un accident nucléaire, qui ne sera que brièvement évoqué : nous n'aurons connaissance ni de son ampleur, ni de sa gravité, qu'aucun signe tangible ne révèle. Car ce qui intéresse surtout l'auteur, c'est d'explorer les répercussions de la survenance de cet accident sur le comportement des individus. 
Noël, le narrateur, vit à Belfort, chez sa mère, depuis que ses parents se sont séparés. Leur unio…